AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un long pélerinage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leif
La Terreur en Chemise à Fleurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 868
Age : 26
Faction : -§- EnferS -§-
Classe : Guerrier
Elément : Eau
Date d'inscription : 07/08/2008

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
264/300  (264/300)

MessageSujet: Un long pélerinage   Dim 21 Juin - 16:21

Suite de, Meurtre au monastère:
http://enfers.clicboard.com/la-bibliothque-f32/meurtre-au-monastre-t851.htm

Longue, éprouvante, telle est la traversée vers le monde convoité.

Chaque jours apporte son lot de souffrances, et peurs aussi. Plus d'une fois, une bourrasque de vent, une vague plus grande que la moyenne, et l'embarcation manque de chavirée, mais aussi frêle soit-elle, elle tient bon, pour le moment.
Cela faisait maintenant treize jours que Leif était partit du monastère, laissant derrière lui les vestiges d'un passé déjà révolu. Treize jours, treize longues journées, et déjà, les réserves de nourriture se tarissaient. Il lui restait seulement de quoi faire un repas des plus frugal, et un peu de rhum. Le rhum, voilà une consolation satisfaisante, et une aide précieuse pour ne pas tomber dans une longue dépression, et ainsi éviter de se laisser dépérir avant d'apercevoir les côtes de le terre qu'il recherche.

Le soleil était déjà à la moitié de sa course, et la faim tiraillait le combattant, cependant, il refusait encore de consommer les dernières victuailles, déjà séchées par le temps, mais toujours si précieuses, avant de se savoir presque arrivé. Pour passer le temps, le guerrier passait de longues heures à regarder dans l'eau, dans le but d'apercevoir une créature, et pourquoi pas, de tenter de l'attraper. Mais encore une fois, rien, ou en tout cas rien de vivant ne semblait vouloir s'approcher de l'esquif. Seules quelques branches le percutaient de temps à autre depuis maintenant quelques heures.

C'est alors que brusquement, le guerrier se redressa!
Des branches, mais s'il-y-avait des branches, c'est qu'un arbre ne devait pas être loin, ou une forêt, et il est bien connu que ces choses là ne poussent guère dans la mer.
Leif était maintenant debout sur la petite embarcation, scrutant l'horizon, à la recherche d'une terre quelconque. Mais bizarrement, il ne voyait rien d'autre qu'une vaste étendue liquide et foncée, qui avait l'air d'ailleurs, de devenir de plus en plus foncée. Etrange phénomène, alors que le soleil était encore haut dans le ciel. Que se passait-il?
Il tourna alors sa tête vers le haut, et découvrit d'affreux nuages d'un noir oppressants, menaçants. Une tempête, pas seulement quelques bourrasques et un peu de pluie, cette fois, c'était véritablement une tempête qui se profilait.
Ce fut un véritable coup de massue pour le combattant, alors qu'il se savait maintenant assez proche de la terre ferme, quelle désolation.
Il attendit alors, les quelques minutes qui la précédèrent furent interminables. Leif consacra son énergie à tenter d'abriter le peu de choses qu'il avait emmenées, et par dessus tout, son épée, bien incrustée dans son fourreau, lui même fermement accroché à la taille du barbare. Les quelques vivres furent misent dans un sac fermé d'une mince cordelette, lui même accroché sur une planche du bateau qui permettait de s'asseoir.
C'est alors qu'il la vit. La terre, la terre ferme, devant lui, de plus en plus proche. Malheureusement, elle était encore bien trop loin pour pouvoir la gagné avant la tempête qui arrivait.

Et elle arriva. Comme il l'avait pressentit, elle fut particulièrement dévastatrice. Des vagues immenses vinrent déchirer la mer de toutes part, tandis qu'une pluie diluvienne se déversait, accompagnée parfois d'éclair terrifiants.
C'était trop rageant, alors que la terre était en vue, en quelques heures par beau temps, il aurait pu y arriver, sa fin devait elle forcément venir maintenant? Non, il ne pouvait y croire, mais pour le moment, il ne fallait pas y penser, il lui fallait lutter.
Mais ses espoirs s'écroulèrent bientôt, une vague immense vint soulever son embarcation, si petite, si fragile.
Elle se brisa sous le choc qui suivit, retombant avec force sur une mer bien trop dangereuse, expulsant son propriétaire sous la surface, à demi conscient.

Le temps sembla alors s'écouler lentement, très lentement, alors que le corps s'enfonçait dans les profondeurs de la mer. Quelle malchance, survivre à toutes ces épreuves pour venir échouer si près du but.
Non, il ne pouvait en être ainsi. Se débattant comme un diable, il réussit à remonter à la surface, et à résister. Il trouva un morceau de son navire flottant encore, seul reste de son embarcation, et s'en empara, essayant de ne pas sombrer une nouvelle fois.
Et enfin, la tempête cessa aussi brusquement qu'elle avait commencée. Qui plus est, elle l'avait porté plus proche encore de la côte, qu'il apercevait maintenant clairement.

Il atteint assez rapidement la terre, à bout de force, trempé, en ayant tout perdu, mais enfin à terre, allongé sur le sable.
Il avait même réussit à conserver sa lame, la chose la plus précieuse à ses yeux, sans elle, il aurait été perdu.

Puissant dans ses dernières ressources, il se hissa sur ses jambes, et malgré la fatigue, malgré la faim, malgré tout, il se tint droit et fier, comme toujours.

Les rivages d'Aqua s'ouvraient dorénavant devant lui, et nul ne l'arreterait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leif
La Terreur en Chemise à Fleurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 868
Age : 26
Faction : -§- EnferS -§-
Classe : Guerrier
Elément : Eau
Date d'inscription : 07/08/2008

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
264/300  (264/300)

MessageSujet: Re: Un long pélerinage   Lun 6 Juil - 12:48

Aqua, quelques jours après le naufrage.


Le jour se lève. Une bien belle journée de plus sans aucun doute ici, sur les rivages d'Aqua.
Le soleil réchauffe déjà l'atmosphère malgré l'heure très matinale. Mais la fraicheur est encore très présente, ce sont des conditions excellente pour l'entrainement.
Le combattant revet alors son armure, enfile ses bottes puis ses gants, fixe son épée à sa taille, et recouvre lentement son visage de sa capuche.

Les premiers pas sont très tranquilles, l'ivresse de l'air pur est si agréable, nul besoin de se précipiter. Toutefois, il ne faut pas non plus trainer, sa Déesse ne lui permettrait pas de prendre du retard dans sa tâche.
Il s'était mis en route vers un petit endroit qu'il appréciait particulièrement, ou il avait remarqué un pantin de bois taillé, parfait pour s'exercer au maniement de la lame. Mais cette fois, il n'était plus seul, un homme d'apparence robuste était aussi présent.
Il s'exercait aussi, mais pour lui, ce n'était pas une épée. Un a un, les carreaux fusaient, sifflant fortement dans l'air, avant d'entrer au plus profond du pauvre pantin. Lorsque le rodeur eu terminé, Leif s'approcha, le félicitant pour ses tirs plus que précis. Il sympathisèrent vite, Leif avait dans l'idée qu'un tel homme pourrait sans doute l'aider dans sa tâche.
Il avait avec lui deux autres compagnons, avec qui Leif s'entendit immédiatement bien. Elenah, une jeune rodeuse, et Grom, un guerrier solide. Les quatre compères devinrent vite de bons amis, des projets pleins la tête.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

La route s'annoncait longue, le chef l'avait mis en garde, mais Leif n'en avait que faire. Du danger, mais pour accomplir sa tâche, il-y-aurait bien évidemment du danger, et lui, le barbare, le combattant, il ne pouvait avoir peur. Les derniers mètres étaient les plus difficiles, le passage était relativement peu emprunté jusqu'alors, seuls quelques aventuriers pleins d'idéaux et gonflés de courage l'avaient emprunté. La végétation prenait partout, il fallait se frayer un chemin, de force, mais les quelques arbustes était bien trop frêles pour la lame de Leif, il avancait sur un bon rythme. Voilà maintenant une demi lune que Grom avait fait le chemin, il n'allait pas rester seul là-bas, ce serait folie. Xeelog était dans le sillage du guerrier, à eux deux, il pourraient facilement retrouver la trace de leur compagnon, et Elenah ne tarderait pas à suivre à son tour.

Et enfin, ils arrivèrent, Melrath Zorac la magnifique, elle s'ouvrait devant eux.
La cité de tous les dangers, les aventuriers étaient encore très peu nombreux, mais les rixes éclateraient vite, sans aucun doute. Il fallait trouver un abri rapidement, même si à deux, ils ne craignaient pas grand chose.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Le guerrier était confortablement installé sur son lit dans l'auberge sud de Melrath Zorac. La journée d'hier avait été rude, la gestion d'une faction n'était pas de tout repos.

Tout à coup, un jeune homme fit intrusion.
« Monsieur, venez vite, un de vos lieutenant m'envoie vous chercher d'urgence! »

Le général des Bandeaux Bleus se leva brusquement, et courut à sa suite dans les escaliers.
Arrivé aux portes de la cité, le désert s'ouvrait devant lui, mais aucune trace du lieutenant, il fallait avancer encore.
Il prit la direction de la mine, il savait que ces compagnons y séjournaient habituellement, ils les trouverait sans aucun doute là-bas.
Et ce fut effectivement le cas, enfin plus ou moins. Seul Xeelog était présent, l'air affolé, étrange, lui qui était d'un naturel calme et posé.

Le général prit la parole:
« Que se passe-t'il, un jeune messager m'a tiré de mon repos d'urgence, et tu m'as l'air d'avoir croisé un régiment des armées d'Hadès mon ami. »

« Leif, Grom et Elenah ont disparus. Ils était partis explorer une grotte proche de la mine, et j'ai entendu des cris horribles. Je t'attendait, il nous faut partir à leur recherche. »

Les deux amis se précipitèrent vers la grotte. L'angoisse les gagnait au fur et à mesure qu'ils s'approchaient. Qu'allaient-ils trouver?

Lorsqu'ils furent arrivés au bord de la cavité, c'est un sentiment d'horreur qui les gagna. Du sang, beaucoup de sang frais tapissait les roches à proximité. Ce serait folie que de s'engager à leur poursuite. Et pourtant, il le fallait.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Les recherches avaient étés vaines, Xeelog, submergé par la tristesse, avait préféré partir à son tour.
Pour Leif, la perte de ses amis était une source de souffrance, mais de ce traumatisme, il était ressortir plus dur encore que le roc.

Alzeus, un ami de longue date, lui avait proposé de l'aide, qu'il avait accepté. Pour l'instant, son esprit était perdu. Il lui fallait réfléchir, l'aide d'Alzeus lui serait sans doute bénéfique.

Ainsi, il partit une nouvelle fois.

Et il ne savait savait pas encore, qu'une nouvelle ère approchait.


Dernière édition par Leif le Lun 6 Juil - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leif
La Terreur en Chemise à Fleurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 868
Age : 26
Faction : -§- EnferS -§-
Classe : Guerrier
Elément : Eau
Date d'inscription : 07/08/2008

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
264/300  (264/300)

MessageSujet: Re: Un long pélerinage   Lun 6 Juil - 12:51

La dernière étape est http://www.terre-des-elements.net/forum/index.php?showtopic=4111

Pour la suite, à vous de l'écrire avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un long pélerinage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un long pélerinage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Empire des Enfers :: La Cité Enférienne :: La Bibliothèque-
Sauter vers: