AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un soir à la taverne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elladan
-§-Prince des EnferS-§-
avatar

Nombre de messages : 2854
Age : 26
Faction : -§- Enfers -§-
Classe : Nécromancien
Elément : Eau
Date d'inscription : 23/09/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
349/350  (349/350)

MessageSujet: Un soir à la taverne   Sam 28 Fév - 23:57

J'ai passé la journée à courir par monts et par vaux.
J'ai entrepris la recherche d'étranges et puissants monstres dont on dit qu'ils rôdent aux frontières des territoires de Merlath Zorac...
Là où seule la force fait office d'autorité suprême.
Là où l'on est contraint de se battre avec autant de férocité que les bêtes que nous traquons si l'on souhaite survivre...
Par la même occasion, j'espérais étudier les nouveaux spécimens de plantes, animaux et minéraux récemment découverts par certains érudits.
Tout le jour, j'ai marché, escaladé, couru, combattu, sué, glissé, mais aussi observé ou encore fait des croquis de l'une ou l'autre nouvelle espèce...

A présent, je suis fourbu et l'Empire est encore à plusieurs jours de marches.
Comme de coutume lorsque je sillonne ces contrées, j'ai décidé de passer la nuit dans l'auberge à proximité du camp des nomades.
Après un rapide passage dans ma chambre le temps d'asperger d'eau mon visage couvert de la poussière des grands chemins (la toilette complète pourra attendre, une heure de plus, une heure de moins à ce niveau de crasse, cela ne fait plus grande différence...), je rejoins la taverne attenante.
Une bière me remettra d'aplomb.
Bon... Peut-être deux (et peut-être pas seulement de la bière, je suis un gars ouvert, toute nouvelle expérience m'intéresse).
A peine entré, j'aperçois parmi les nombreux « déjà vu ta tête quelque part » mais dont le nom reste dans un flou artistique une personne dont je ne pourrai jamais faire impasse sur le prénom.
Je la qualifierais presque de vieille connaissance, c'est fou ce que le temps passe vite.
Je ne l'avais plus vue depuis un moment... Depuis son départ...
Je ne sais pas grand chose des raisons de ce départ... Elle est partie, c'est tout.
Je ne me l'avouerai jamais, mais je ressens une bouffée de joie à revoir ce visage...
Ses yeux pénétrants, sa chevelure, sa bouche moqueuse, ses lèvres pulpeuses, sa force de caractère aussi...
Eyleen.
Je passe machinalement ma main dans mes cheveux d'où pointent encore quelques brindilles éparses...
Gêne.
Le fait de la voir si éclatante mais fait prendre conscience de la crasse qui m'environne.

Il n'est peut-être pas trop tard pour retourner dans ma chambre et pour me faire envoyer quelques seaux d'eau chaude afin de procéder à mes ablutions...
Ah... Et bien si.
Trop tard.
Elle m'a vu.
Elle se dirige vers moi.
Je suis soulagé; elle semble également agréablement surprise de me croiser ici.
Nous entamons la conversation par les choses habituelles, nos derniers meurtres, ce genre de choses...


« Je t'offre quelque chose? »

Nous nous sommes mis à l'aise et sa demande me flatte tout en me semblant le chose la plus naturelle du monde.
J'accepte.
Nous buvons à Merlath Zorac.
Cela aurait été un sacrilège de ne pas boire ensuite à Fimine.
Et qu'aurait dit Posicillon si nous l'avions oublié?
Je lève ensuite mon verre à Germaine.
Si nous buvons à sa santé, nous ne pouvons ne pas boire à la santé du reste de sa famille de trafiquants et de voleurs...
Nous buvons alors à la douceur de l'hydromel, puis à la chaleur de cette taverne, puis à ce magnifique tonneau sur lequel nous sommes assis, à la fraicheur de la bière et aussi à la... enfin je ne sais plus très bien, à l'alcool sûrement...
Suivent quelques autres verres à la santé de quelques autres personnes ou objets...
Un ou deux verres... Peut-être trois... Je suis un être raisonnable.

Alors que la soirée est déjà bien avancée, et que nous buvons à la santé du vieillard qui nous observe d'un air terrifié, j'ai soudain une idée qui me semble assez intéressante.


« Chiche que tu m'achètes un bouquet de fleur! »

Sans un mot, elle se lève pour répondre à mon défi, elle s'approche du marchant d'une démarche chaloupée, se retourne vers moi avec un sourire moqueur et un regard brillant légèrement brumeux et va lui acheter un bouquet de pâquerettes.
Elle revient vers moi, victorieuse.
Mais je ne m'avoue pas vaincu.
D'un sourire j'accepte son présent mais la met au défi d'aller m'en chercher un deuxième, mais des roses cette fois.
Elle s'exécute à nouveau, la démarche un peu plus incertaine, si c'est possible.
Elle revient, je lui parie qu'elle n'ira plus rien m'acheter mais elle s'en va m'offrir des orchidées.
A chaque fois je la brave, je la nargue, je la provoque, à chaque fois elle s'exécute, à chaque fois je retente ma chance.
Finalement, alors qu'appuyé tant bien que mal au bar, une montagne de fleur m'entourant, j'attends le retour d'Eyleen avec mon trentième bouquet – dans ces eaux là du moins –, celle-ci trébuche et s'écroule dans mes bras.

D'une voix pâteuse, je lui demande si elle n'a rien.
Elle me répond d'un ronflement sonore.
Un dernier brin de jugeote me pousse à la porter jusque dans un coin de la taverne où je l'allonge confortablement, utilisant quelques-uns de mes bouquets comme matelas.
Je ramène tous mes cadeaux dans le même coin et m'écroule à quelques centimètres d'elle sur le reste de mes fleurs, ce qui provoque un raz-de-marée de pétales autour de nous.

Quelques pétales retombent doucement sur nos corps endormis.
Le réveil va être dur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eyleen
-§-Garde Impérial des EnferS-§-


Nombre de messages : 802
Faction : On my own
Classe : ...
Elément : Taire...
Date d'inscription : 29/12/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
71/100  (71/100)

MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   Dim 1 Mar - 10:50

C'est carrément n'importe quoi.
Pitoyable.
Nul.

Non mais qu'est-ce qui m'a pris, moi, hein ?
A quoi ça ressemble de me mettre à boire comme un trou quand y'a rien à fêter ?
Avoir des trucs à oublier, comme une absence qui se prolonge, c'est pas un raison pour se mettre lamentable... Encore plus dans une sorte de défi bibitif à la noix avec un ancien compagnon de faction potentiellement dangereux, et réputé pour son absence totale de sentiment. Et qu'il ait eu une expression presque chaleureuse en me voyant arriver n'excuse en rien cette imprudence.

Oh, misère...
Ce carillon sous mon crâne... Ca doit être le mélange de...
Ouais, bon ça va j'arrête.
Quand on boit trois verres différents c'est le mélange.
Quand on en boit trente c'est la quantité.
T'as déconné, 'Nea, vraiment déconné.

Et ce plan fleurs, c'était quoi ce délire ?
Déjà qu'est-ce qui a bien pu lui passer par la tête de me lancer ce genre de défi qui ressemble à rien... Depuis quand un démon nécromant aime-t-il les fleurs, même quand ses yeux de glace sont embués par l'ébriété ?
Je sais plus combien de fois je suis descendue de mon tabouret pour aller rafler une poignée de corolles à la vendeuse de plus en plus consternée... pour les lui ramener, crânement, le menton bien levé, genre 1) t'avise pas de dire que je titube, c'est juste un pas de danse, et 2) t'avise pas non plus de prendre ça pour ce que c'est pas, beaux yeux, j'en aime qu'un et c'est pas toi. Je crois.

J'ai plus compté au bout d'un moment.
Juste que je me sentais glisser dans une euphorie trop douce et parfumée de fleurs...
Et puis plus rien.
Le noir...

Putaiiiiiiiiiiin, ma tête...
Je veux deux litres d'eau tempérée, puis une infusion de saule.
Et puis une sieste.
'reusement qu'on est bien planqués dans ce coin derrière l'étal de la fleuriste... Je me souviens m'y être cachée parfois avec Nadhir et on rigolait en silence que tout le monde se promenait à quelques pas de nous sans nous voir et...

... et il y a une main masculine qui pèse sur ma hanche.
Et c'est pas celle de Nadhir cette fois, celle-là je la connais.
C'est une autre main, blanche, soignée, élégante.
Oh merde...
Je me retourne lentement, écrasant tout un matelas de fleurs qui meurent dans un généreux mais ultime assaut parfumé...
Oh merde...
Evidemment que c'est lui, endormi, détendu, paisible.
Beaucoup trop beau.
Oh merde, merde.

Qu'est-ce qu'on a fait hier soir, au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elladan
-§-Prince des EnferS-§-
avatar

Nombre de messages : 2854
Age : 26
Faction : -§- Enfers -§-
Classe : Nécromancien
Elément : Eau
Date d'inscription : 23/09/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
349/350  (349/350)

MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   Mar 3 Mar - 22:04

Le soleil déjà haut dans le ciel traverse à cœur joie les carreaux de la taverne et l'illumine intensément.
Trop intensément.
Même sans avoir encore ouvert les yeux, cette clarté me donne envie de m'enfoncer sous terre et de continuer à dormir dans la Nécropole...
Aujourd'hui sera sûrement une belle journée ensoleillée, aucun nuage n'osera voiler l'astre du jour...
Ils le font exprès ou quoi? Ils m'en veulent? Qu'est-ce que j'ai bien pu leur faire?
C'est justement le jour où j'appelle l'obscurité de tous mes vœux que ses principaux vecteurs ont décidé de mettre les voiles...
Enfin bon, les oiseaux apprécient le temps au moins... Je les entends gazouiller avec félicité, s'apostrophant, se faisant la fête, se répondant, se chamaillant...
Mais qu'ils se taisent!
Leurs chants lointains suffisent à déclencher un concert de carillons sous mon crâne; et un tel tohu-bohu polyphonique est tout sauf agréable.
J'ai d'ailleurs l'impression que les cloches souhaitent également sortir tout en claironnant et tout cas, je suppose que c'est ce que je dois déduire vu la façon dont elles cognent contre mon crâne...
Si seulement j'attrapais une de ces volailles de malheur... Je lui ferais passer l'envie de pépier, comme de faire quoi que ce soit d'ailleurs...

Les bruits feutrés des quelques dormeurs – solitaires ou non – me tapent déjà sur le système. Peut-être qu'ils font leur possible pour être silencieux mais ce n'est pas suffisant.
Le premier qui s'étire langoureusement avec un long bâillement et qui se met à parler comme en plein jour, je le foudroie, quitte à avoir des problèmes avec Germaine à posteriori...
Je lui expliquerai gentiment qu'il m'avait cherché et qu'il l'avait mérité, elle se montrera sûrement compréhensive... ou pas. Mais rien à foutre.
Tout en gardant les yeux plissés afin de ne pas empirer encore la migraine qui pointe audacieusement sous mon crâne, j'essaie de me concentrer sur ce que mes autres sens distinguent...
Je ressens un léger arrière-goût d'alcool au fond de ma gorge... Je perçois également une imperceptible odeur – doux euphémisme – de sueur mêlée des relents d'un mélange d'alcool digne des plus grands alchimistes...
J'ai l'impression d'être étendu sur des fragments de matelas moelleux à certains endroits, sur le plancher nu ailleurs et à d'autres encore, c'est comme si je faisais une séance d'acuponcture... Des épingles me rentrent douloureusement dans la peau. Des épingles ou des épines...
Un grand fragment de la soirée d'hier me revient tout à coup en mémoire.
Soupir.
Merci mesdames les roses, de belles égratignures et crampes en perspective.
Mais il reste encore certains points noirs; je n'ai pas picolé en solitaire, enfin je crois...
Je me rends soudain compte que ma main ne repose pas sur les roses où le plancher comme le reste de mon corps... C'est ferme, chaud, ça a une texture de tissu...

Oups... Ça, c'est vivant... Et c'est probablement mon compagnon d'hier soir.
Il suffit que j'ouvre les yeux pour voir grâce à qui je suis dans cet état.
Je prends mon courage à deux mains et ouvre – tout doucement – mes paupières.
Après l'éblouissement provoqué par la clarté, je me rends compte que mes yeux sont plongés dans les siens, qui m'observait justement.
Je la vois, je la reconnais et toute la soirée d'hier me revient du plein fouet, un peu comme un coup de marteau sur une enclume... En admettant que je sois l'enclume.
J'ai encore plus mal à la tête d'un coup, là...
J'essaie de reprendre contenance.


« Bonjour, Eyleen. En forme? »


Dis-je d'une voix endormie. La dernière phrase n'est que pure politesse. Si elle ne ressent que la moitié de ce que je ressens, elle est tout sauf en forme et doit plutôt souhaiter aller dormir à la Nécropole, comme moi...

Je me lève difficilement et constate avec fierté que je tiens debout plus ou moins stable.
Malgré qu'il y fera encore plus lumineux qu'ici, je sens que j'ai besoin d'air frais.
Me rappelant soudain qu'Eyleen est toujours couchée sur son matelas floral, je lui tend la main pour la relever.


« Tu veux qu'on aille faire un tour? »

Je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça. Ça a traversé mes lèvres sans prévenir. Enfin, quitte à aller me promener au tant ne pas y aller seul mais en galante compagnie. Point de vue sécurité, c'est pas mal non plus...
Et après je penserai peut-être à me laver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eyleen
-§-Garde Impérial des EnferS-§-


Nombre de messages : 802
Faction : On my own
Classe : ...
Elément : Taire...
Date d'inscription : 29/12/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
71/100  (71/100)

MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   Lun 9 Mar - 21:03

Mais comment il fait pour être aussi détendu ?
Ca lui arrive si souvent que ça de se réveiller auprès d'une poivrote de la veille ?
Ca alors...
J'imaginais pas ça de lui...

J'accepte se main, et retrouve la verticale... Et immédiatement le vertige m'agresse.
Oh, misère. Ouffff... L'établi de la fleuriste sauve ce qui reste de ma dignité. Sinon j'étais bonne pour me raccrocher à lui, et à voir comme il vacille lui-même, c'était la gamelle assurée.
Je grogne...


Mal au crâne...

Naaaan, sérieux ?
Comment ça se fait ?
Incroyaaable.


Mmmmmh...
Un tour... oui, bonne idée...
Ca commence à remuer un peu trop ici...


De fait l'auberge s'anime... Le moment de s'éclipser, donc, primo parce que rien que ces bruits encore modérés me cognent aux tempes. Ensuite... Hum. Parce que j'ai pas trop envie que le monde me voit dans cet état pitoyable.
Donc, dehors, oui, et illico.
Que je me plonge la tête dans le tonneau d'eau de pluie...

Un regard éberlué pour notre couche improvisée...
Rire bref, à voix basse.


On en a fait un gâchis...

Je relève les yeux, la mine contrite...

On y va ?...
Je vote pour un coin tranquille et ombragé.
Mais sans oiseaux.


Sales bêtes.
Ils me vrillent les tympans avec leurs trilles idiotes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elladan
-§-Prince des EnferS-§-
avatar

Nombre de messages : 2854
Age : 26
Faction : -§- Enfers -§-
Classe : Nécromancien
Elément : Eau
Date d'inscription : 23/09/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
349/350  (349/350)

MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   Mer 11 Mar - 21:23

« Oui, allons-y... »

Mon idée fugace semble lui plaire. J'en suis ravi.
Ce qui n'est pas normal en soi.
Je ne devrais pas être réjoui à l'idée qu'une femme ait accepté une promenade avec moi...
Ce n'est pas... normal.
Cela ne me ressemble pas...
On va dire que c'est parce que son approbation m'évite la gêne d'avoir fait une proposition idiote.
Oui, c'est sûrement ça. Voilà la bonne excu... heu raison.
Je me dirige donc à ses côtés en direction de la sortie de la taverne.
Nous marchons en silence, avec notre cher mal de tête pour compagnon, et croisons des aventuriers qui viennent de plus en plus nombreux remplir la pièce encore vide il y a quelques minutes à peine.
Et qui viennent également apporter leur quota de pollution sonore...

Je suis bien content d'enfin quitter cette atmosphère déjà trop bruyante même si le brouhaha des conversation est remplacé par les gazouillis des oiseaux et par la lumière aveuglante du soleil.
Eyleen m'a aussi l'air de penser qu'on y a gagné au change.


« Je crois que je peux trouver un endroit ombragé sans oiseaux...
Je peux même te promettre qu'on aura pas l'air d'y être en rendez-vous galant. »


Je me sens obligé d'ajouter cette dernière remarque.
Depuis hier soir, notre relation m'a l'air un peu plus proche que de coutume.
La faute à l'alcool...
Ce n'est pas que ça me dérange, mais bon, ce n'est pas ce que je recherche...
Enfin, je crois...

Le pas déjà plus assuré qu'à mon réveil, je me dirige, tout en vérifiant qu'Eyl' me suit de près, vers les ruines de la forteresse de Fargol...
Que peut-il y avoir de mieux qu'une grotte, fraiche, silencieuse et ombragée pour cuver en tout tranquillité les excès de la veille?
L'endroit est en plus juste glauque à souhait afin qu'aucun éventuel visiteur ne puisse se méprendre sur les raisons de notre promenade...
Je profite déjà d'avance de la disparition du soleil, du silence et de sa présence...
Heing?
Il faut vraiment qu'après cette balade, tu ailles te rafraichir Ella, tu commences à dire des horreurs...
Même en tant qu'amie, tu ne devrais pas apprécier sa présence, pas plus que celle des autres.
Je me tourne vers elle, comme si elle avait pu entendre ce que je pourrais avoir pensé trop fort...
Bien sûr; elle est tout aussi sereine que d'habitude.
Avec un petit soupçon de douleur réprimée au fond de son regard peut-être.
Tout comme moi je suppose.
Je ne peux m'empêcher de grommeler entre mes dents ce que je me répète après chacune de mes orgies...


« Grmbl, c'est la dernière fois que je touche à de l'alcool... »

_________________


Dernière édition par Elladan le Mer 25 Mar - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eyleen
-§-Garde Impérial des EnferS-§-


Nombre de messages : 802
Faction : On my own
Classe : ...
Elément : Taire...
Date d'inscription : 29/12/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
71/100  (71/100)

MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   Lun 16 Mar - 18:18

En rendez-vous galant, non mais quelle idée !
J'ai une tête de rendez-vous galant ?
...
En même temps les bêtes questions que je me suis posées en me réveillant... Hum. C'était idiot, ça se sent tout de suite quand... enfin si... c'est-à-dire que... Rhôôôô merde, on l'a pas fait, point. Et je sais pas ce qui a pu me faire venir cette idée stupide à la tête. C'est pourtant pas la première fois que je dormais tout près d'un démon. On a partagé une tente après-tout, j'ai dû dormir des dizaines de fois au milieu d'eux et...
... et jamais assez près pour me réveiller avec une main masculine oubliée sur ma hanche.
D'accord.
N'empêche.
C'était quand même idiot.

Je le suis d'un pas un peu trop traînant, la mine renfrognée, les yeux plissés dans la lumière agressive du petit matin. J'ai toujours eu du mal avec le soleil du matin. Aujourd'hui tout particulièrement...

Je ne fais même pas attention à notre destination, et c'est extrêmement inconséquent de ma part... Je n'ai plus de nouvelles d'eux depuis mon départ, et je ne sais pas du tout si ils envisagent encore de me régler mon compte ou pas... Son attitude d'hier était tout sauf menaçante, mais même ça, à la réflexion, c'est suspect. Quand un démon vous sourit, c'est le moment de courir, en principe. Surtout ce démon-là. Le moins souriant de tous... 'Nea tu es dingue.

L'ombre nous enveloppe comme une main douce et apaisante, et je me détends un peu... Une grotte. Bon choix... Je suis plus à l'aise dans une grotte que n'importe où ailleurs... Et comme c'est le cas de très peu de gens, nous y serons tranquilles. Nous ?...

Je relève le nez à son grommellement, et esquisse un sourire un peu piteux.


Je dis toujours ça aussi...
Mais j'avoue que je l'ai rarement pensé aussi fort que ce matin...


Je repère un coin agréable... enfin agréable selon les critères korgaï. Parois lisses, sèches, sol sablonneux, égal, des roches plates pour s'y asseoir où s'y allonger, pour servir de table de fortune... Je me laisse glisser dos à une paroi dans le creux d'un rocher, me cale confortablement le coude sur le caillou et le front dans la paume, laisse filer un soupir d'aise un rien douloureux sur les bords...

Il va falloir que tu m'expliques ce qu'il y avait dans le premier verre pour me faire oublier de compter les suivants... C'est redoutable...

Continuer à plaisanter.
Il faut que se sache ce que je risque.
Et si le risque existe, il y a devant moi un boyau étroit qui sinue vers la voûte, une fracture où seul pourrait se faufiler un serpent... ou un korgaï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elladan
-§-Prince des EnferS-§-
avatar

Nombre de messages : 2854
Age : 26
Faction : -§- Enfers -§-
Classe : Nécromancien
Elément : Eau
Date d'inscription : 23/09/2007

-§- Meurtres -§-
sur MZ uniquement:
349/350  (349/350)

MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   Mer 25 Mar - 15:48

Je m'assieds à quelques pas d'Eyleen, là où la roche me semble assez lisse pour m'y adosser sans qu'il m'en découle de me faire labourer le dos par la pierre...
Enfin assis.
Cette courte marche a suffi à me donner la nausée...
Je ferme les yeux un instant tout en appuyant mon front contre la paroi agréablement fraiche.
Maigre soulagement, mais toujours bon à prendre.
Après quelques instants – du moins, il me semble –, je rouvre les yeux.
J'entends distraitement sa plaisanterie.
J'en profite pour la regarder:
Derrière sa façade d'humour, j'ai l'impression que quelque chose ne va pas.
Elle m'a l'air légèrement... inquiète.
Son regard n'est pas détendu, il donne plutôt l'impression d'essayer de saisir chaque détail de la grotte comme quelqu'un qui chercherait à saisir chaque détail du lieu afin de trouver une issue, une échappatoire...
Oh, bien sûr, ma présence fait cet effet là à beaucoup...
A bien y penser, Eyleen n'est plus un Démon officiellement, bien que beaucoup d'entre-nous continuent à la considérer comme telle, il est peut-être normal qu'elle ne soit pas plus rassurée que ça...
L'alcool commençant à se dissiper dans ces veines, elle se rend compte qu'elle palabre courtoisement avec un nécromant qui pourrait être mortellement dangereux...
Sentiment compréhensible et sensé, je l'avoue.
Pourtant, après une nuit à mes côtés – même si aucun de nous n'était totalement conscient – elle devrait se rendre compte que je n'ai aucune intention pernicieuse...
Je n'avais même pas songé à voir cette rencontre sous cet angle...

Je me vois mal lui dire que je ne compte lui faire aucun tort...
Peu judicieux et ma réputation en pâtirait...
Finalement, si elle me craint, c'est tant mieux.
N'empêche, cette pensée me dérange, je ne sais pas pourquoi...

Je ne vois pas comment lui faire comprendre que je la considère toujours comme un membre de ma famille, intouchable...
Ne voyant rien à dire d'intelligent, je décide de lui montrer que si elle me craint, moi je ne me méfie en rien d'elle.
Après un soupir ensommeillé – très réussi d'ailleurs je trouve –, je me laisse glisser contre la pierre jusqu'à me retrouver couché, lui tourne le dos et feins le sommeil.
J'espère simplement qu'elle ne profitera pas de mon pseudo-somme pour filer...

Le seul problème quand on ferme les yeux et qu'on fait semblant de dormir, c'est qu'on finit par réellement s'assoupir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un soir à la taverne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un soir à la taverne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la taverne médiévale
» La Taverne du Nain Joyeux
» La Taverne
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Empire des Enfers :: Les Echos du dehors...-
Sauter vers: