AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Et la terre tremble (récit d'une lutte Eolia/ EnferS )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anamaya
Reine des abeilles
avatar

Féminin Nombre de messages : 206
Age : 30
Faction : constellations de l'Aube
Classe : Magicienne
Elément : air
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Et la terre tremble (récit d'une lutte Eolia/ EnferS )   Sam 22 Mar - 19:47

Il y a des matins où l'on se lève sans savoir que ce qui nous attend donnera un nouveau souffle au vent qui vous guide.
Chacun son chemin et chaque route est tracée pour une destination que l'on ignore.

C'est à la croisée d'une bataille qu'Anamaya s'était arrêtée. Elle jouait après les scorpions lorsqu'un rocchus immense et particulièrement coquin lui sauta dessus, la faisant basculer dans un trou. Il était trop lourd pour elle, et elle était sans force. Elle creusa un peu le sable, afin de se mettre à l'aise, en attendant qu'une sorte de mal de crâne ne cesse. Elle scrutait le sol dans sa tombe de sable que le rocchus recouvrait.

Le feu alors, ravageait la terre. Alentour, les guerriers faisaient trembler le sol de leurs coups de haches.
L'Empire déversait ses troupes sur la Surface. Ils étaient partout, et Anamaya n'en menait pas large. C'était pas très glorieux de s'enfermer toute seule... Vous imaginer pouvoir vous enfuir parce que votre interlocuteur se tord de rire face à votre situation? Non? Et bien Ana préférait ne pas essayer...

Du coin de l'oeil elle en reconnu certain, qui l'avait déjà marqué. Et puis Raizen assez proche, trop peut être, et elle chercha à ne pas le dévisager de crainte qu'il ne s'aperçoive de sa présence...

Et puis un éclair jaune plus loin. Un courant d'air?

C'était Angie, guerrière, qui s'avançait... seule...

Ne les avait elle pas vu? Mais ça ne pouvait pas être le cas... Ils courrurent après elle, comme si l'heure de la curée venait d'être sonnée. Celle-ci resta face à eux, eux tous quelques instants. Ana se débatait sous son rocchus. Elle était trop loin pour donner le moindre soin. Mais le temps qu'elle réagisse réellement, il était trop tard.

La jeune femme se laissa retomber dans sa tombe, abattue. Non réellement par la fin de la guerrière, mais par sa seule présence. Attendait elle du renfort? Un assaut était il prévu? Pourquoi alors s'était elle avancée sans soutien?
Une prière pour la courageuse guerrière qui était maintenant entre les mains de la recycleuse, à la nécropole.

Des pas coupèrent cours à son laïus. Un souffle de vent puissant vint balayer le désert. Contre le feu, l'air. La jeune femme se rapprocha de l'espace entre le sable et le rocchus, stupéfaite.

Les 2 armées étaient face à face, juste à côté d'elle. Ils ne se rendaient pas compte de sa présence, ils étaient là près à en découdre, animés par de mêmes passions de luttes.

Anamaya n'avait jamais compris ce qu'ils éprouvaient à s'affronter. Pourtant, dans les quelques secondes qui précèdent l'affrontement, son coeur rata un battement et tout son corps se hérissa d'appréhension. Ce n'était pas le moment de sortir comme un diable de sa boite...

Et ils commencèrent. Elle reconnu des visages d'Eoliens, elle sentait le sable autour d'elle vibrer sous les pas et sous les coups. Les chocs se répercutaient dans l'air. Des cris, des sorts se faisaient entendre. Elle remarqua Hephaistos a proximité de sa prison, elle senti son souffle, sa fatigue, vit son regard...

Ils luttaient avec ardeurs, avec pulsions. L'air étouffant le feu, le feu se nourrissant de l'air.
Il était étrange que des enfants de deux divinités différentes s'affrontent ainsi sous 2 étendards. Les instincts des Dieux se reflètaient ils tant sur les caractères de leurs fils? Ce Dieu qu'ils vénèrent, leurs ressemblent ils?

Elle regarde, apperçoit quelqu'un de blessé chez les EnferS. Puis il s'éloigne et elle ne le voit plus
Quelqu'un tombe, mais elle ne sait qui.
Un autre, de l'autre camp.
Et le blessé revient, se jette à nouveau dans la lutte.

C'est horrible. C'est fascinant. Ecoeurant et magnifique. Le sang coule, ses soins se perdent entre les grains de sable.
C'est une lutte, c'est une danse.
C'est un chant de mort, une ode à la vie,
et toujours le sang qui nourrit le sable.

C'est le cri de la chair blessée, brulée, les os qui se brisent
Des corps qui se déplacent avec aisances, des feintes... oui une danse
Et toujours le vent qui souffle, dans les halètements des hommes, dans les armes qui ratent leurs ciblent, dans les déplacements
Et toujours le feu qui embrasent leurs esprits, tendent leurs corps, font briller leurs yeux.
Et la terre qu'ils piétiennent, qu'ils nourrissent de leur vie, de leur essence même, ce tombeau de sable, desséché, qui tient Ana en lui, gangue protectrice, qui vibre de colère, qui tremble, qui souffre...
Et l'eau, eaux qui coulent, souillée par le sang, larmes du ciel qui lavera bientot toutes les traces, larmes qui glissent le long des joues de la prêtresse impuissante

Tout est là, en eux, autour d'eux alors qu'ils dansent.
Ils sont observés, comme Ana les observent... Se voient ils eux mêmes, fascinant esprits embrasés, poussés par leurs passions et leurs idées?

Ana tremble avec la terre que le feu rend fébrile, et l'eau coule, nourrit la terre, et l'air balaie le sable, et le feu se répand à nouveau...

Combien de temps? Une heure, une minute? Le temps d'une vie, le temps d'une mort, car ils tuent pour pouvoir vivre demain, pour pouvoir continuer à être.
Pas être ce qu'ils sont. Etre.

Mais la fin arrive, la fin du cycle, l'épuisement des corps, la fin des pulsions, l'instinct de survie qui reprend le dessus sur le gout du sang, et les troupes se dispersent, partent dans plusieurs directions, se poursuivent, follement, sans savoir comment s'arrêter vraiment...

Et le vent n'arrive plus à balayer le sable collé. Le feu a disparu avec les hommes, la terre a cessé de trembler, elle est là, figée, n'osant plus étendre son emprise sur quoi que ce soit, en état de choc. Anamaya, figée en elle, attend que son coeur cesse de galoper.

Elle attend la pluie.

Elles attendent la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Et la terre tremble (récit d'une lutte Eolia/ EnferS )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Empire des Enfers :: La Cité Enférienne :: Le Grimoire de l'Ancien-
Sauter vers: